Quel nombre de mots pour un roman ?

Si vous avez en projet de rédiger un roman et que le nombre de mots à écrire vous préoccupe, c’est bien normal !

Mon conseil numéro 1 est d’oublier le nombre de mots au stade de l’écriture et de vous en préoccuper lors des corrections, afin d’écrire librement, mais j’ai voulu vous donner quelques repères pour vous rassurer (et si vous êtes totalement débutant, je vous conseille mon kit pour écrire un livre gratuit ! )

Notamment, le nombre de mots « standard » dépend du genre dans lequel vous écrivez.

 

Pourquoi tenir compte du nombre de mots pour un roman ?

Si on reste pragmatique, plus un livre est long, plus il sera coûteux à fabriquer pour l’éditeur. En particulier s’il sort du format « standard' ».

Les éditeurs sont habitués aux différents publics et connaissent leurs goûts littéraires et quel livre a plus de chance d’être vendu. En général, un roman de mille pages risque d’être rédhibitoire, par exemple.

C’est pourquoi je vous propose quelques repères qui devraient vous rassurer et vous situer par rapport aux standard du genre littéraire que vous avez choisi. Mais mon meilleur conseil serait surtout d’écrire librement sans vous soucier du nombre de mots, et de vous en préoccuper à l’étape des corrections.

Le challenge NaNoWriMo consiste à écrire un roman de 50 000 mots en un mois, ce qui est une longueur moyenne pour un roman

 

Quel est le nombre de mots des romans de SF, jeunesse, policier … ?

Un roman comporte au moins 40 000 mots. Et il n’y pas de longueur maximum. Néanmoins, un roman qui fait plus de 100 000 mots commence à peser. Certains sont extrêmement longs comme par exemple Les Misérables de Victor Hugo, qui compte 513 000 mots. Mais l’histoire, les personnages, le style … font que le livre a connu un grand succès malgré sa longueur !

Le nombre de mots pour un roman varie d’un genre à un autre.

Les romans policiers sont généralement courts. Ils comptent environ 80 000 à 90 000 mots. Certains romans d’Agatha Christie comptaient plutôt 40 000 à 60 000 mots.

Quant aux romans contemporains ils ont la même moyenne que les romans policiers, mais certains peuvent faire exploser le compteur de mots, comme Les Bienveillantes de Jonathan Littell qui pèse 340 000 mots !

Les romans de fantasy et SF ont une moyenne de 90 000 à 125 000 mots, mais on le sait tous, ce nombre peut tripler dans le cas de longs romans de Fantasy comme ceux de Tolkien ou Terry Goodkind. A l’inverse, les romans de Terry Pratchett sont très courts pour de la fantasy (pareil avec certains de Philip K.Dick en SF)

Pour les romans « Young Adult » (jeune adulte) le nombre de mots varie encore davantage, de 40 000 à autant que les romans adulte.

Et enfin pour les romans jeunesse, tout dépend de l’âge du lecteur et de la maison d’édition. Vous pouvez par exemple consulter le site de la maison d’édition Milan pour vous faire une idée, ou comparer aux romans jeunesse que vous avez dans votre bibliothèque.

 

Aïe ! Je ne suis pas dans les clous !

Je vous conseille vraiment d’ignorer ces nombres de mots standard à l’étape de l’écriture.

C’est à l’étape des corrections de roman que l’on optimise son texte en raccourcissant ou étoffant certaines parties.

Enfin, n’oubliez pas que l’éditeur lui aussi vous aidera dans la démarche de modifier la longueur du roman si besoin. Voire de le scinder en plusieurs tomes (cela arrive notamment en SFFF).

 

Pour aller plus loin

Ecris le livre de tes rêves avec TerminAuteur !

Ecrire un roman pour les nuls

Le NaNoWriMo : c’;est quoi ?

5 Comments

  1. […] également le nombre de mots de votre roman (déjà écrits), sur un tableau effaçable par […]

  2. […] Quel nombre de mots pour un roman ? […]

  3. […] Quel nombre de mots pour un roman ? […]

  4. […] et concentre-toi sur ce qui te fait plaisir. Tu verras après pour l’aspect éditorial, le nombre de mots de ton roman, ce que tu vas en […]

  5. Maxime 29 août 2021 at 1h47 - Reply

    Fameuse question que je me suis posé à mes débuts d’écriture ! J’avais mon idée de texte bien en tête, et au fur et à mesure que j’écrivais j’ai commencé à me poser de plus en plus cette question, en mode « mais est-ce que je n’écris pas trop ? est-ce qu’il ne faudrait pas que je me limite ? ». Finalement, j’ai fait comme tu le dis, j’ai arrêté de me prendre la tête et j’ai juste écrit pour le plaisir sans trop faire attention. Au final j’ai atteint une longueur de 65 000 mots, ce qui restait raisonnable et pas too much.

Leave A Comment