Quand j’ai décidé d’achever enfin un roman, j’étais sur une plage de Thaïlande à Noël 2017, vers la fin de mon tour du monde. J’avais vu de nombreuses merveilles durant ce voyage mais je m’apprêtais à embarquer pour un voyage bien plus fort : celui vers le point final. Aujourd’hui, nous sommes bientôt quatre ans plus tard et j’écris actuellement mon sixième livre après en avoir publié deux. Je voulais faire un bilan avec toi de ces années d’écriture, et de ce que je dirais à l’Ingrid de vingt-sept ans pour l’encourager. J’ai choisi de zoomer, dans cet épisode, sur la préparation de roman et le fait de se lancer dans l’écriture.

 

Avant de commencer, n’oublie pas que ce dont tu as vraiment besoin pour écrire un roman, c’est d’organisation. Surtout si tu manques de temps pour écrire. Dans les coffrets J’écris en 2022, que je propose avec La petite boutique des auteurs et Bêta Lecture and Co, tu trouveras tout ce dont tu auras besoin pour t’organiser pour écrire : un Bullet Journal d’écriture, une masterclass Opération Confiance en soi : préparer, écrire et corriger sans se décourager, et une formation pour booster tes chapitres grâce au trio gagnant. Mais surtout, si tu commandes avant le 5 décembre, tu recevras trois bonus : un cahier d’essai, un guide Mindmapping des personnages ainsi qu’un mini cours Notion, le logiciel ultime dans lequel tu peux organiser toute ton écriture, tes fiches, compter les mots … et un modèle à compléter. Le lien est ici : https://bit.ly/jecrisen2022 !

Avant de préparer son roman, savoir si on est Peter Pan ou perfectionniste

Si tu es un habitué du blog J’écris un Roman, tu as déjà dû m’entendre parler de Peter Pan et du perfectionniste.

 

Peter Pan

Peter Pan est celui qui va d’un projet d’écriture à l’autre avec le même enthousiasme – ou n’ose pas choisir. Dès que ça devient un peu difficile, au lieu d’affronter les difficultés, il préfère les fuir et changer de projet. C’est la version « écriture » d’un syndrome psychologique plus profond.

Le perfectionniste

Quant au perfectionniste … si je voulais grossir le trait, je dirais qu’il attend que son style soit parfait avant d’écrire. Il sait pourtant que c’est l’inverse, qu’il faut écrire pour améliorer son style, mais ne parvient pas à franchir le pas d’avancer même s’il trouve son style nul.

Si tu te sens concerné par ces deux types, ou aucun, c’est normal !

C’est d’ailleurs un type de blocage courant que je traite régulièrement avec les membres de J’écris un Roman. Pour moi, ces deux types se situent de part et d’autre d’un curseur sur lequel nous évoluons à chaque projet.

J’ai été concernée par le syndrome de Peter Pan pendant une bonne quinzaine d’années. Jusqu’à ce fameux jour de 2017, où je me suis juré d’achever le roman que j’étais en train d’écrire.

La bonne nouvelle, c’est que la solution à ces deux difficultés est … de se lancer dans l’écriture, et que tu es en train d’écouter un podcast à ce sujet !

L’histoire a peut-être déjà été écrite, mais pas par toi.

Si tu me suis depuis longtemps, tu connais certainement mon mantra : l’histoire a peut-être déjà été écrite, mais pas par toi. Ce que tu ne sais pas, en revanche, c’est à quel point j’ai ignoré ce mantra à mes débuts. J’étais paralysée par la peur d’écrire quelque chose de banal, de déjà lu … au point que mon premier roman s’est transformé en un véritable sac de nœuds incompréhensible, que j’ai mis deux ans à démêler.

J’aimerais te donner quelques détails à ce sujet, qui te permettront je l’espère de comparer avec tes projets.

La préparation de mon premier roman : Cri dans le chaos

C’était un space opera avec quatre personnages principaux – ce qui est déjà énorme. J’y ai ajouté un cinquième, une histoire d’amour, un sixième, une démarche spirituelle et philosophique, un septième, une toile de fond d’inégalités entre deux espèces humanoïdes … et je pourrais continuer longtemps dans cette voie.

Mon histoire était déjà très bien avant ces modifications. Après, elle était sympa aussi, mais la longueur et la complexité de mon roman ont rendu les corrections infernales. Et je ne te parle pas de mes pauvres bêta-lecteurs.

Mon cinquième livre, Eclipse

Il a … une héroïne. Un message. Allez, deux, avec le deuxième davantage en toile de fond. Et c’est le cas de nombreux romans que j’apprécie beaucoup. Revenons à ton roman à toi : si tu éprouves la tentation de compliquer, d’ajouter, de corser… demande-toi pourquoi. Si c’est par peur que ton histoire ne soit pas assez originale, intéressante… ou tout autre « pas assez », je te conseille d’achever son écriture d’abord. Tu auras toutes les corrections pour savoir s’il faut ou non rajouter des éléments.

 

Procrastiner l’écriture ou la préparation de son roman … mais comprendre pourquoi

Ah les vidéos de Bernard Werber et Samantha Bailly … je les ai toutes vues, je crois. Aujourd’hui, il me paraît clair comme de l’eau de roche que j’étais morte de trouille et que tant que je regardais des vidéos, je ne me retrouvais pas face à la page blanche.

Quatre livres plus tard, ma procrastination n’a pas disparu, mais n’est plus le résultat de ma peur.

J’ai développé un tas de techniques au fil de mes romans pour l’apprivoiser et la comprendre. Et c’est principalement ce que je conseille aux membres de J’écris un Roman : chercher son origine est la seule manière de l’arrêter.

 

Adopter la bonne méthode pour préparer son roman

Ah, les architectes et les jardiniers. J’envisage sérieusement de lancer une pétition à ce sujet, pour que ces mots soient bannis du vocabulaire des auteurs en herbe.

Je ne plaisante qu’à moitié.

Mon expérience avec le système « architecte/jardinier »

Pour ma part, quand j’ai entendu parler du terme « architecte », c’était comme une trouée de lumière dans un ciel noir d’encre. Enfin, je comprenais qu’il était possible de construire son histoire avant de se confronter à la page blanche. Oui, mais … j’ai déchanté au bout de quelques jours. Car la méthode de préparation la plus commune – c’est en tout cas ce qui me semblait à l’époque –  à savoir la méthode flocon, a été pour moi un échec cuisant. Impossible de l’appliquer.

Un jour, j’ai eu une idée …

Ça a été très difficile pendant quelques semaines où j’ai remis en question tout le projet, jusqu’au jour où j’ai eu l’idée d’appliquer les méthodes créatives découvertes pendant mes études d’ingénieur : la carte mentale (mindmap en anglais) ainsi que le brainstorming. Une semaine plus tard, j’avais toute la trame de mon intrigue, et quelques semaines supplémentaires m’ont permis d’écrire le synopsis complet, qui a accompagné mon premiet jet jusqu’au point final.

J’utilise encore cette méthode aujourd’hui, et les rares fois où j’ai essayé de faire autrement, ne se sont pas très bien terminées. Notamment pour Eclipse où j’ai voulu passer à l’écriture trop vite, persuadée d’avoir suffisamment préparé – et, il faut le dire, impatiente de passer à l’écriture du premier jet ! J’ai d’ailleurs failli m’embarquer sur le même chemin pour le livre que j’écris actuellement et ai freiné juste à temps. On en parle également avec Gabrielle Massat dans l’épisode Comment écrire un polar car elle a aussi commis cette erreur !

Attention !

Tu ne dois pas appliquer la même méthode de préparation que moi. A chaque auteur la méthode de préparation qui le rassure, c’est pourquoi j’ai créé un test pour déterminer celle qui TE convient parmi 4 profils, que tu trouveras dans les notes du podcast.

Je te parle souvent du comment mais pas du pourquoi derrière ces méthodes de préparation. Après quatre ans, j’ai toujours autant besoin d’appliquer cette méthode qui me rassure, même si je suis publiée, même si j’ai accompagné une centaine d’écrivains dans leur projet. Pourquoi ?

La conclusion à laquelle je suis venue aujourd’hui, c’est que l’écriture compte parmi les arts les plus intimes et les plus effrayants. Affronter la page blanche revient à se mettre à nu, à faire une proposition à un lecteur imaginaire alors que notre histoire débute à peine et que nos personnages sont encore flous à nos yeux. Pour ma part, je ne peux pas me lancer dans ce défi impossible sans rien. Mes armes sont mon synopsis, mes fiches, mes réflexions, mes notes. Pour d’autres auteurs, leurs armes seraient au contraire la confiance que procure l’absence de barrières. Et un grand nombre d’auteurs se situe quelque part entre ces deux approches.

 

Emménager avec tes personnages

 

Pendant la phase de préparation de ton roman, c’est comme si tu recherchais les parfaits colocataires pour les mois à venir.

Tu vas étudier plusieurs lieux et profils de colocataires avant d’arrêter ton choix sur ceux qui te conviennent le mieux. Mais de là à pouvoir prédire toutes leurs réactions et connaître les moindres recoins des lieux … impossible de le faire avant d’avoir commencé la colocation, à savoir, l’écriture du premier jet.

Même quand tu as besoin de préparer au maximum, il est possible que tu changes d’avis et c’est tout à fait normal : après trois mois ou plus de colocation avec tes personnages et dans ton univers, tu les connaîtras mieux que personne et leurs décisions t’apparaîtront d’elles-mêmes.

Pour ma part, c’est souvent la fin de mon roman qui change malgré une préparation des plus logiques. Six mois à côtoyer mes personnages et les thématiques de mon roman entraînent souvent une illumination à l’approche de la fin et une fin bien plus logique, intéressante et spectaculaire que celle que j’avais imaginé !

 

Comprendre l’importance de l’état d’esprit

 

Si tu cumules les erreurs que j’ai faites à mes débuts, tu aboutis à une masse inextricable de doutes, de peurs, de procrastination et de découragement.

C’est la raison pour laquelle la plupart des auteurs en herbe s’arrêtent.

Et je me suis longtemps demandé par quel miracle j’ai tenu bon jusqu’au point final, jusqu’à la fin des corrections, et jusqu’à la publication de mon premier livre, Foodfighting, à l’automne 2021 !

Si tu as écouté l’épisode 12 du podcast Pour écrire et publier ton roman, tu dois changer tes pensées , tu connais néanmoins la réponse : j’avais un état d’esprit en béton armé. Je m’étais juré d’achever mon roman à une certaine date et l’échec n’était pas une option. Je n’étais pas seule, j’avais parlé de mon projet à mes proches et ils m’encourageaient à fond. Et surtout, ma pratique du développement personnel et du coaching émotionnel m’ont aidée à combattre les pensées négatives et les peurs. Je t’en parle davantage dans l’épisode 5 du podcast Vivre de l’écriture : ma reconversion en auteure et coach littéraire : tous les matins, je me suis visualisée en train de mettre le point final de mon livre. Ma vision avec ce roman était si forte qu’elle a résisté à toutes les pensées négatives et elle m’a même emmenée ici, dans ce podcast, avec toi.

Sans ces différents éléments, mon roman serait resté au stade de quelques pages Word perdues au fond d’un disque dur.

Je te donne rendez-vous dans deux semaines pour la suite de ce bilan, où je te parlerai d’écriture du premier jet et de style !

Pour aller plus loin

Cours gratuit La méthode pour écrire un roman :  pour préparer ton roman selon la méthode qui TE convient et écrire ton premier chapitre !

Découvre mon roman Cri dans le chaos (à paraître)

Comment écrire un roman jusqu’au bout : conseils de coach

Et bien sûr l’école d’écriture en ligne pour écrire enfin ce roman !

10 Comments

  1. […] traite de l’écriture du premier roman : si tu n’as pas écouté le précédent sur la préparation de roman, commence par celui-ci […]

  2. […] jet. Ecrire un roman commence souvent par une phase de préparation, que vous retrouverez ici : Préparer son roman, et que je conseille à tous les auteurs.rices débutant.e.s, ainsi que d’autres étapes que […]

  3. […] [00:06:01] Pour tenir ce planning, comment ça se passe pour toi? Est ce que tu prépares tes romans à l’avance? Est ce que tu te laisses plutôt […]

  4. […] matière de préparation de roman, il y a plusieurs écoles, de l’impro totale à la préparation de plusieurs mois que j’ai fait […]

  5. […] Préparer son roman (selon votre profil d’écrivain, certains ont besoin de beaucoup préparer et d’autres moins) […]

  6. […] Préparer son roman, mes 6 leçons après 5 livres […]

  7. […] Autres conseils bonus : Préparer son roman, mes 6 leçons après 5 livres […]

  8. […] la préparation de mon roman, j’ai simplement créé une collection avec tous les items à faire : fiches personnages, […]

  9. […] [00:20:54] Oui, effectivement. Et du coup, on parle de préparation de roman, on parle de se rassurer. Comment ça se passe chez toi, les sessions […]

  10. […] dans le Chaos, j’ai essayé la méthode flocon en premier, car c’est la méthode de préparation de roman la plus populaire. Mais ça n’a pas du tout marché pour moi ! je butais à chaque étape, et ne […]

Leave A Comment