Hello, collègue écrivain ! Dans cet épisode, j’ai interviewé Xavier Clain, auteur du livre Réveil Matinal Vie Maximale et autoédité. Il nous raconte son expérience avec l’autoédition, comment il a construit sa communauté et nous donne ses conseils pour faire la promotion de son livre sur Instagram, construire sa communauté et trouver des lecteurs.

Dans l’épisode, je t’ai parlé d’un concours : le gagnant sera annoncé au début de l’épisode 4, le 22 février !

Xavier Clain et son livre

Ingrid : Peux-tu te présenter ?

Xavier : Bonjour ! Je m’appelle Xavier Clain et je me définis aujourd’hui comme un reboosteur de vie. J’aide les personnes qui sont ambitieuses et qui veulent obtenir une vie un peu plus riche de sens, à passer à l’action en reprenant le contrôle de leur temps, de leur mental, de leurs habitudes, et à aller chercher ce que j’appelle la leur vie maximale. Cette notion de vie maximale vient justement de mon livre qui s’appelle donc Réveil Matinal Vie Maximale. Dans ce livre, j’explique dans une première partie « développement personnel » pourquoi et comment il est important de redéfinir ce qu’on veut vraiment dans sa vie et qu’est-ce qu’il faut faire pour aller la chercher. Dans la deuxième partie du livre, j’explique en quoi le réveil matinal est un outil extrêmement puissant pour faire cela et je donne toutes les astuces pour se créer un matin sur mesure, un matin personnalisé, que tu as envie de faire, et qui donne beaucoup de résultats.

Quand as-tu publié ton livre ?

C’était un rêve ! A la base, je voulais je voulais réaliser ce projet d’écrire un livre, et j’ai découvert qu’on pouvait s’auto-éditer sur Amazon. Je me suis dit : « s’il n’y a personne qui va qui va me mettre des bâtons dans les roues, je vais le faire ! ». L’idée a fait son effet du chemin dans ma tête jusqu’en 2019 où j’ai testé différentes choses, essayé de faire un plan … et en octobre 2019, je me suis dit : « OK, je vais écrire ce livre, et il va sortir ». Et je me suis engagé auprès de ma communauté. J’ai commencé à écrire tous les matins. Je voulais que le livre soit à la fois un guide pour montrer comment utiliser ce matin pour faire de grandes choses, et l’exemple que ça fonctionne !

J’ai donc écrit le livre à 90% le matin, chaque jour entre octobre 2019 et août 2020. Le livre est sorti le 1/8/2020 en auto-édition.

La promotion de son livre sur Instagram

Tu avais donc déjà une communauté Instagram avant de le publier ?

J’avais déjà une communauté, à l’époque je devais avoir moins de 1000 abonnés sachant que je crée du contenu depuis septembre 2018 et que chez moi ça monte très lentement. Au départ, je voulais montrer que je passe à l’action le matin.

Il me semblait donc tout à fait logique et pertinent que je leur montre que j’écrivais mon livre le matin et donc tous les matins, en story je montrais que j’écrivais tant de mots, je partageais parfois quelques passages, etc. C’était intéressant parce qu’il y avait des retours !

Si tu as la bonne stratégie, si tu mets quelque chose en place sur les réseaux sociaux – ce que je n’avais pas du tout fait à l’époque – je pense qu’il est tout à fait possible de se construire une petite communauté pendant que tu écris.

Faire participer la communauté

Est-ce que tu as eu l’impression que les gens de ta communauté ont participé à l’écriture du livre ?

Ils ont participé dans le sens où ils ont été spectateurs. Je leur demandais leur avis, par exemple. Devant ton manuscrit, tu es un peu tout seul ! Parfois je me disais « je vais partager ce passage qui m’a l’air intéressant, voir comment la communauté va réagir ». Et les gens te disent : « waouh mais c’est génial, c’est impressionnant ! » Et ça fait hyper plaisir, et ça te rassure également !

En revanche, ils ont participé activement au choix de la couverture de mon livre.

J’avais fait une petite sélection de couvertures et c’est vraiment la communauté qui a choisi celle qui lui plaisait le plus. Je trouve ça très intéressant, et pour la petite anecdote, celle que j’avais choisi moi s’est retrouvée dernière des votes !

Pour créer cette couverture, je suis passé par un site qui met en compétition plusieurs graphistes à travers le monde, qui te propose diverses couvertures en fonction de ton cahier des charges.

Tu as partagé les moments positifs, impliqué ta communauté dans le choix de la couverture … mais as-tu aussi partagé tes moments de doute, tes moments négatifs ?

Carrément ! Je me souviens d’ailleurs d’une personne qui m’avait dit : « je suis vraiment content que ça marche pour toi, parce que je me rappelle comment tu as galéré et comment c’était un peu compliqué pour toi à certains moments ! » Il avait suivi l’aventure de A à Z ! Notamment, il y a un chapitre que je cite souvent : celui sur le sommeil, il m’a vraiment donné du fil à retordre ! J’ai mis plusieurs semaines à l’écrire et je savais pas du tout comment par quel angle le prendre. Cela m’a un peu déprimé et je l’ai partagé avec mes abonnés. J’ai aussi partagé que pour la dernière relecture, je m’étais isolé 24h dans un hôtel pour traquer les dernières coquilles !

Je me souviens que tu avais aussi partagé un avis négatif que tu avais reçu !

Oui, car ça fait partie de l’expérience ! En fait, tout mon contenu est centré autour de l’humain. Vu que mon job est d’accompagner des humains, il est normal que je me montre humain également ! Je suis contre cette idée du coach « Superman », toujours au sommet. Quand tu cherches à te connecter aux gens et leur montrer ton côté humain, les personnes peuvent s’identifier à toi !

 

Faire grandir son nombre d’abonnés Instagram

Est-ce que tu as défini une stratégie pour faire grandir ta communauté Instagram ?

Pas à l’époque car le livre n’était pas mon objectif principal. Mais aujourd’hui j’ai envie qu’il serve mon objectif principal. Le but du jeu pour moi est de toucher un maximum de monde pour aider un maximum de monde, et cela passe par augmenter mon nombre d’abonnés, et leur faire découvrir mon livre ! Donc j’en parle dans des posts, il figure en story à la une, je poste parfois des avis …

Ce que je conseille pour augmenter mon nombre d’abonnés, c’est déjà tout simplement être complètement authentique. Poster vraiment ce qui te fait plaisir, faire en sorte que ça t’apporte et apporte de la valeur aux gens. Ne te force pas ! Il faut également que ton profil soit le reflet de qui tu es, pour les personnes qui te découvrent.

Je fais la stratégie de Gary Vee, « One dollar eighty ». Elle consiste à liste les 10 hashtags, lieux … en lien avec ce que tu fais, et tous les jours d’aller voir les 9 premières publications de ces hashtags ou lieux et de commenter. Tous les matins je me discipline ,je mets un compte à rebours et je passe 3 minutes par hashtag. Si j’ai quelque chose d’intéressant à dire, si j’ai de la valeur à apporter, j’écris un commentaire, en gardant en tête d’apporter de la valeur à la personne. Peut-être que ça éveillera sa curiosité, qu’elle viendra sur mon profil et verra qui je suis, et que ça matchera !

Ensuite, une fois le commentaire posté, il sera également visible par les autres personnes suivant le hashtags, et ça pourra également leur donner envie de te découvrir !

Evite les commentaires « smileys », etc, concentre toi la valeur à apporter ! Pour l’instant, je gagne environ 10 abonnés par jour.

Cela fonctionne aussi très bien car tu as un message fort à faire passer. Quand on écrit un roman, on n’a pas forcément un message aussi fort. Mais ce n’est pas grave ! On a toujours quelque chose à transmettre, des valeurs, une histoire… il ne faut pas hésiter !

Parenthèse : les visuels du profil sont importants aussi. Mes thématiques, c’est la bienveillance, la confiance en soi, aller doucement, etc. et je me suis attelée à ce que mon profil reflète cette approche, que l’on se sente bien en le voyant, écouté, comme dans un petit cocon. Il fallait donc le montrer dans mes textes, mes visuels, ma description … et une fois cela fait, mes abonnés ont commencé à augmenter !

 

Penser à notre lecteur « idéal »

On a parlé de message, mais le lecteur est important aussi. Dans notre mastermind Accélérauteur*, nous encourageons les membres à déjà réfléchir à la personne à qui ils parlent. Y as-tu réfléchi pour ton livre ?

Oui, je pensais à une personne de mon entourage ! Tout mon contenu est dirigé vers elle ! C’est une personne qui a pris une claque il y a quelques années dans sa vie et qui est un peu resté à terre. Aujourd’hui, elle a une vie confortable mais ça pourrait être mieux. Et moi, ça me brûle !

Je me dis que ce n’est pas possible, que je dois la toucher avec mon message, lui montrer qu’une autre vie est possible sans forcément avoir beaucoup d’argent ou un train de vie incroyable. Qu’il est possible de faire des choses grandioses avec son quotidien. Je m’adresse littéralement à cette personne-là en la tutoyant dans mon livre, comme si c’était un ami à moi.

Par extension, je parle à ces personnes qui vivent une vie confortable, un peu trop même, et qui sentent qu’il manque quelque chose, des projets qui surgissent quand on va dormir, une boule au ventre …

 

Tu as employé les mots qu’elle va employer : la boule au ventre, etc. Dans tes communications sur les réseaux sociaux, c’est pareil, tu mets des mots sur les émotions ressenties par ces personnes. C’est l’un des ingrédients clés du succès d’un livre : l’identification des personnes ! Je trouve que dans ton livre, c’est bien réussi, car tu commences à parler de toi, mais cela amène des souvenirs chez moi, les mêmes émotions… On peut avoir du mal à penser au lecteur, au message, mais finalement on peut se contenter de penser aux émotions que l’on veut transmettre.

Si tu écris un livre qui parle de confiance en soi à travers le maquillage, tu vas chercher les hashtags confiance en soi, maquillage … et peut-être impacter plein de monde venant de ces deux thématiques, une personne pourra se dire « ah c’est vrai, le maquillage me donne confiance en moi ! Je vais m’abonner et attendre le livre », etc.

 

Pour finir sur ce sujet, j’écris un roman autobiographique où je parle de mes troubles du comportement alimentaire quand j’étais plus jeune. Mais je ne les ai pas décrits tels quels dans le livre, j’ai plutôt décrit une forme de scarification, mais je sais que ça parlera à toutes les adolescentes qui ont connu l’autodestruction – ce pourrait aussi être en fumant à outrance par exemple. Et lorsque j’hésite entre deux événements pour mon intrigue, je me demande ce qu’elles préfèreraient lire. On ne parle pas à la planète entière !

Justement, dans le deuxième livre que j’écris, j’hésite entre deux approches. J‘aimerais donner de petites astuces qui peuvent amener de gros résultats, mais j’hésite entre une approche longue et bienveillante, ou plus provoc ! Par exemple « Continue à regarder la télé 3h par jour ! » D’un côté, ça peut faire mal, de l’autre, ça peut bousculer.

 

Faire le lancement d’un livre

As-tu mobilisé ta communauté au moment de la sortie de ton livre ?

Pas vraiment ! J’ai surtout fait une story où j’ai juste partagé mes émotions sur le moment. Je n’ai pas fait de lancement, il n’y avait aucune stratéfue ! Mais quand le livre est sorti, ma communauté l’attendait.

Un mois après environ, j’ai fait un épisode de podcast où je donnais 4 raisons de lire mon livre.

Tu avais déjà pas mal communiqué dessus, il n’y avait pas besoin de grand-chose à part marquer le coup le jour J ! En revanche, après sa sortie, le livre a commencé à être lu et apprécié. Comment as-tu fait pour collecter des avis ?

J’ai déjà écrit une page à la fin du livre, tout simplement, où je demande aux gens de laisser un avis sur Amazon de manière bienveillante. Petite note de fin : j’ai un service à te demander, etc.

Au début, dès que je recevais un avis, je le partageais ! Ensuite, j’en partageais un par semaine. Aujourd’hui, j’ai changé de stratégie : je demande à la personne de prendre une photo avec le livre et je poste la photo et l’avis sur Instagram. Ce n’est pas juste un texte, c’est une personne qui tient mon livre, un humain !

J’invite aussi mes abonnés en story à me laisser un avis, une fois par semaine environ. Au début, je notais le nom des acheteurs et je revenais vers eux un mois ou deux après pour savoir s’ils avaient aimé, et si oui, je leur proposais de laisser un avis.

Tu l’avais fait pour moi ! Et je ne l’ai pas perçu comme « laisse un avis, laisse un avis », plutôt comme un petit rappel.

Il faut se rappeler que l’attention, c’est rare. C’est vraiment une ressource super précieuse ! Tu peux avoir l’impression de saouler les gens, mais tu dois te rendre compte qu’ils voient 10% e ce que tu postes. Je ne sais plus quel coach disait : Tu es la seule personne qui voit tout ton contenu !

Pour résumer cette interview : apporte de la valeur aux gens ! C’est peut-être même le conseil numéro un que j’aurais tendance à donner : je suis déjà tombée sur le compte de jeunes auteurs autoédités, qui disaient en gros : « lisez mon livre », « lisez mon livre », etc ! Essaye de trouver d’autres façons d’en parler, de montrer ce qu’il peut apporter, de partager les coulisses, voire les mauvaises expériences. Tu ne vas pas aller voir les inconnus dans la vie et dire « lisez mon livre » : c’est pareil sur Instagram, partage avec parcimonie, mais montre clairement ce que tu fais.

Implique ta communauté, fais-la participer à l’écriture de ton livre si c’est possible, mets le paquet sur les avis. Tu peux également appliquer la stratégie de Gary Vee pour faire grossir ta communauté.

Un dernier conseil dont on n’aurait pas encore parlé ?

Oui ! Mon livre vient concurrencer le Miracle Morning. Si tu as identifié un livre « concurrent », va échanger avec ceux qui en parle, et parle-leur éventuellement de ta vision des choses, de ton livre. Mais n’oublie pas l’humain derrière le compte Instagram ! Parle aux gens sur les réseaux comme tu parlerais à l’humain à côté de toi.

 

Pour aller plus loin :

TransformAuteur, le cours en ligne pour trouver ton lecteur idéal, les mots pour le faire vibrer, et améliorer ton style !

Ebook Opération Relooking pour améliorer ton style d’écriture en 7 conseils et exercices – dont un sur le lecteur idéal !

Le livre de Xavier :

 

Dollar Eighty, le site mentionné par Xavier pour la stratégie de Gary Vee

Le site de Xavier Clain